Elon Musk le sait et tout le monde le sait également : l'attrait de l'e-mobilité dépend de l'infrastructure de recharge publique. Mais elle est pratiquement inexistante le long de nos routes nationales. Cela devrait changer,
d'ici 2030.

© Service de presse ASTRASur l'aire de repos « Inseli » de l'autoroute A2 (direction Lucerne), il y existe désormais quatre emplacements de recharge pour les voitures électriques. L'opérateur est l'entreprise Primeo Energie/Alpiq E-Mobility AG.Sur l'aire de repos « Inseli » de l'autoroute A2 (direction Lucerne), il y existe désormais quatre emplacements de recharge pour les voitures électriques. L'opérateur est l'entreprise Primeo Energie/Alpiq E-Mobility AG.Trois choses sont déterminantes pour le succès commercial et l'acceptation générale des véhicules électriques : une autonomie pratique réaliste la plus élevée possible. Une perte de temps minimale pendant le processus de recharge. Une disponibilité maximale d'options de recharge faciles à utiliser, sans abonnement, ni application, ni carte bancaire spécifique.

Tandis que les constructeurs de véhicules électriques sont responsables de l'autonomie pratique et des chargeurs embarqués haute performance, les décideurs politiques, à savoir le gouvernement fédéral, sont également responsables de l'infrastructure de recharge. Car si le législateur fait déjà pression pour que nous soyons plus respectueux de l'environnement dans notre mobilité par le biais de la loi sur l'énergie, il est logique qu'il veille également à ce que les stations de recharge rapide (SRR) soient construites en nombre suffisant, notamment le long des routes nationales.

Le gouvernement fédéral ne se réveillera pas de son sommeil profond avant 2018

Jusqu'à présent, la Berne fédérale a fait preuve d'une léthargie effrayante à cet égard. Il est vrai que l'ancienne conseillère fédérale Doris Leuthard conduisait une Tesla S 85 à partir de décembre 2014 et aimait se prélasser dans la splendeur du respect de l'environnement documenté et vécu personnellement. Mais ce n'est qu'en 2018, à la toute fin de ses huit années en tant que directrice du Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication, que les représentants des secteurs de l'automobile, de l'électricité, de l'immobilier et des flottes de véhicules, leurs associations et les représentants de la Confédération, des cantons, des villes et des communes ont signé la feuille de route « Électromobilité 2022 ». Cette feuille de route vise à porter à 15 % la part des véhicules électriques dans les nouvelles immatriculations de voitures particulières et à promouvoir « les possibilités de recharge dans les bâtiments et le développement d'un réseau national de recharge rapide pour les véhicules électriques » (plus d'informations : roadmap2022.brainstore.com)

Cinq opérateurs privés doivent y contribuer

La construction et l'exploitation des 100 SRR prévues seront réalisées par cinq fournisseurs privés sélectionnés dans le cadre d'une procédure de candidature lancée par l'ASTRA à l'automne 2018 auquel ont participé huit soumissionnaires. Les cinq fournisseurs privés sont les suivants : Gottardo Fastcharge SA, Groupe e SA, Fastned B.V., Primeo Energie/Alpiq E-Mobility AG et SOCAR Energy Switzerland GmbH. Chacune des cinq entreprises est autorisée à équiper 20 aires d'autoroute de SRR et à les exploiter sur la base d'une autorisation d'exploitation de 30 ans délivrée par l'ASTRA. Le préfinancement du « dernier kilomètre », en particulier l'approvisionnement des aires de repos en lignes électriques de dimensions appropriées, est assuré par l'ASTRA. L'investissement nécessaire à cet effet (estimé à environ 50 millions de francs suisses) doit être remboursé à l'ASTRA par les opérateurs sur la période d'exploitation de 30 ans sous la forme d'une indemnité.

Les sociétés d'exploitation s'engagent en outre à concevoir les SRR « sans discrimination » pour que les véhicules de tous les constructeurs et dotés de différents types de prises puissent y être rechargés. L'accès et le paiement doivent être possibles sans ouverture de compte utilisateur et le système de paiement doit accepter les cartes bancaires couramment utilisées en Suisse.

La première SRR inaugurée fin juin sur l'A2

Quinze mois après la fin de la procédure d'appel d'offres lancée par l'ASTRA, soit le 26 juin 2020, la première SRR de Suisse située directement sur une route nationale a été inaugurée sur l'aire de repos « Inseli » (LU) de l'autoroute A2. Les 99 autres SRR doivent être construites au cours des dix prochaines années. Avec les SRR supplémentaires con­struites par des investisseurs privés et cantonaux sur les aires de repos des autoroutes, environ 160 possibilités de recharge au total avec 600 points de recharge seront disponibles le long des routes nationales d'ici 2030.

Nous pouvons déjà affirmer sans grand risque que : cela sera loin d’être suffisant !

En règle générale, les corps de police comptent sur la solidité de leurs véhicules. Mais l'observateur n'en croit parfois pas ses yeux lorsqu'il aperçoit un véhicule d'intervention. Une collection de voitures de police insolites. La police conduit généralement ce qui enthousiasme également les pères de famille et les professionnels avares en émotions : des breaks, des monospaces, des SUV ou des...
Que se passe-t-il si une voiture électrique prend feu dans un tunnel ou un parking souterrain ? En décembre 2019, des chercheurs de l'Empa ont mis à l'épreuve des éléments de batteries de voitures électriques dans la galerie d'essai de Hagerbach en y mettant le feu. L'évaluation est désormais disponible. Fin 2019, la galerie d'essai de Hagerbach en Suisse orientale a eu particulièrement chaud :...
Elon Musk le sait et tout le monde le sait également : l'attrait de l'e-mobilité dépend de l'infrastructure de recharge publique. Mais elle est pratiquement inexistante le long de nos routes nationales. Cela devrait changer, d'ici 2030. Trois choses sont déterminantes pour le succès commercial et l'acceptation générale des véhicules électriques : une autonomie pratique réaliste la plus élevée...
Les polices cantonales de Zurich et de Saint-Gall testent actuellement le SUV de milieu de gamme Hyundai Nexo. Son moteur électrique est alimenté par une pile à combustible plutôt que par une batterie. Résultat : la voiture ne pollue pas l'air pendant la conduite, elle le purifie même ! Le Hyundai Nexo n'est ni le premier ni le seul véhicule à pile à combustible au monde, mais il est...
Cette page Web utilise des cookies & des outils d’analyse. Si vous restez sur cette page, vous êtes prié d’accepter notre politique de protection des données.