À leur apogée pendant la Seconde Guerre mondiale, les véhicules amphibies ont fini par disparaître furtivement, avant de refaire leur apparition il y a quelques années. Et cela, pas seulement chez les militaires.

Le véhicule de combat amphibie 8x8 développé par Iveco Defence Vehicles et BAE Systems pour le compte de l’armée américaine.Le véhicule de combat amphibie 8x8 développé par Iveco Defence Vehicles et BAE Systems pour le compte de l’armée américaine.L’homme n’est jamais aussi créatif que durant les périodes de crise. Cette maxime s’applique tout autant au développement des véhicules amphibies, qui ont connu une période de gloire inégalée durant la Seconde Guerre mondiale. En effet, près de 14’000 « VW Typ 166 Schwimmwagen » équipés de quatre roues motrices ont été produits en Allemagne entre 1942 et 1944. Les Alliés, quant à eux, leur ont opposé les Ford tout-terrains pouvant évoluer sur l’eau et le DUKW (Dual Utility Kargo Waterborne). Des chars M4 Sherman dotés d’une jupe flottante en toile hydrofuge (« DD tanks ») et des LVT (Landing Vehicle Tracked) à chenilles ont été construits pour le débarquement en Normandie.

Les militaires ont cependant perdu l’intérêt d’innover après la Seconde Guerre mondiale. Les chars flottants qui avaient vaillamment servi durant la Guerre du Pacifique et durant la Guerre de Corée de manière réadaptée, ont complètement disparu et les véhicules amphibies furent « mis au placard ».

D’abord les militaires, puis les civils

Les organisations civiles, à commencer par les organisations de protection en cas de catastrophe et la protection civile, mais aussi les sapeurs-pompiers, les secours techniques (Technische Hilfswerke - THW), les forces de police, de sauvetage et de sécurité, se sont approprié l’un ou l’autre véhicule. Car l’utilité des véhicules amphibies pour intervenir en cas d’inondations dans les régions côtières ou dans les zones riches en lacs et en fleuves, est incontestable.

Les particuliers, envieux, ont dû attendre jusqu’en 1961 pour réaliser le rêve d’une traversée de l’eau avec leur propre voiture, en l’occurrence une Amphicar 770, construite par l’ancien Sturmhauptführer de la SA, Hans Trippel. La petite décapotable flottante, équipée d’un moteur 4 cylindres de 38 CV et de deux hélices à l’arrière, a été vendue à près de 3’800 exemplaires, notamment à la police de Hambourg, qui en a utilisé au moins deux pour lutter contre la grande inondation de 1962.

Le « RMA Amphi Ranger 2800 SR », construit entre 1985 et 1995 par la société Rheinauer Maschinen- und Armaturenbau GmbH, est sensiblement plus grand et plus puissant. Conçu au départ pour la maintenance de pipelines, ce véhicule, qui ressemble à une Jeep, a finalement trouvé preneur au niveau de nombreux services publics, tels que la police fluviale de la Hesse qui a utilisé un Amphi Ranger sur le lac Edersee de 1987 à 2001.

Un camion amphibie pour les rives de la région sud du Rhin

Les anciens DUKW de l’armée américaine sont encore utilisés par les unités des ponts flottants du THW et par les unités d’alarme aux inondations (HAZ) du THW - Agence fédérale pour le secours technique de la Rhénanie-Palatinat, pour la lutte contre les catastrophes. L’un d’eux est affecté au THW de Germersheim en Rhénanie-Palatinat. Il est vraisemblablement le plus grand engin amphibie d’Europe occidentale à orner le parc de véhicules : il s’agit en effet d’un camion bateau de 10,5 mètres de long, 2,55 mètres de large et de 3,80 mètres de haut, équipé d’un moteur 5,8 litres de 280 CV et de quatre roues motrices. Le « crocodile de sauvetage » bleu est construit sur une plateforme de camion Iveco, sa vitesse atteint 90 km/h à terre et 15 km/h sur l’eau, son poids est de 11 tonnes, avec la possibilité de charger 4 tonnes supplémentaires et son prix s’élève à 300’000 euros. Cinq partenaires ont assuré son financement : le THW, le district de Germersheim, la Protection civile du Bas-Rhin, Strasbourg et l’Eurodistrict « Pamina » à hauteur de 60 %. Ce groupement européen de coopération territoriale, qui regroupe 1,7 million d’habitants et 50’000 entreprises industrielles, s’étend le long du Rhin sur de larges zones inondables situées entre l’Alsace, le Palatinat Sud-Est et la Forêt-Noire. C’est justement dans ces zones que le véhicule est utilisé par les forces d’intervention des deux pays, c’est-à-dire partout où les bateaux polyvalents, les pontons, les plateformes de travail flottantes ou les camions ne peuvent pas intervenir.

De nouveaux « crocodiles de combat » pour les Marines des États-Unis

Sur commande de l’armée américaine, Iveco Defense Vehicles et BAE Systems ont développé l’« Amphibious Combat Vehicle » ou ACS, un véhicule doté de 8 roues motrices, d’un camouflage parfait et entièrement dédié à l’attaque. Ce ­« crocodile de combat », long de 8,8 mètres, large de 3,1 mètres et haut de 2,8 mètres, entièrement adapté à une utilisation dans l’océan, peut atteindre une vitesse de 105 km/h à terre et 10 km/h sur l’eau grâce à son moteur 6 cylindres de 700 CV. Sa cabine blindée offre suffisamment de place pour un équipage de 3 personnes plus 13 Marines ou pour un chargement de 10 tonnes maximum. L’ACS peut être transporté par voie aérienne dans la carlingue des avions de transport C-17 et peut être équipé d’une tourelle optionnelle pouvant accueillir des armes, jusqu’à un canon de 40 mm.

Le développement de ce monstre de 28 tonnes a commencé en 2009 avec un contrat portant sur 30 ACV, avec une option de commande de 204 véhicules au total. Les 16 premiers prototypes ont été livrés en 2017. En 2018, 2019 et en mars 2020, l’armée américaine a passé commande de 100 véhicules supplémentaires et a ordonné le développement d’un « ACV-P » optimisé pour le transport de passagers.

Des quads flottants pour la police du désert

Les véhicules amphibies construits par Gibbs Technologies Ltd, Warwickshire, sont de véritables nains par rapport à l’ACV, mais tellement plus polyvalents. Les Anglais ont présenté leur premier modèle sur le Salon de l’automobile de Genève en 2003. En effet, « Aquada » est un cabriolet propulsé par un jet d’eau et basé sur la Mazda MX-5. Le « Humdinga », utilisé par les corps de police et les services de secours de tous les pays a suivi en 2005 ainsi que le véhicule gros porteur « Phibian » en 2012. En 2013 et 2014, ont été lancés le « Quadski » et le « Quadski XL », une association ultra-sportive d’un quad et d’un jetski, qui, grâce à son moteur de 140 CV est en mesure d’atteindre une vitesse fulgurante de 70 km/h. « C’est exactement ce qu’il nous faut », déclare la police de Dubaï. Elle est ainsi à même de contrôler à tout moment les pilotes des derniers modèles de Gibbs, à savoir « Biski », « Triski » et « Terraquad » (deux, trois, quatre roues) – C’est garanti.

(Photos: © Producteur, Archive, Wikipédia)

Le « VW Typ 166 Schwimmwagen » fut l’un des premiers véhicules amphibies à être véritablement opérationnel.  Il disposait de quatre roues motrices et d’une hélice à trois pales, pivotant verticalement à l’arrière.Le « VW Typ 166 Schwimmwagen » fut l’un des premiers véhicules amphibies à être véritablement opérationnel. Il disposait de quatre roues motrices et d’une hélice à trois pales, pivotant verticalement à l’arrière.Stationné depuis le mois de décembre 2017 auprès du THW Germersheim : le véhicule amphibie, de l’Eurodisctrict « Pamina », construit sur la base d’un camion Iveco, en Rhénanie-Palatinat.Stationné depuis le mois de décembre 2017 auprès du THW Germersheim : le véhicule amphibie, de l’Eurodisctrict « Pamina », construit sur la base d’un camion Iveco, en Rhénanie-Palatinat.

Ce véhicule amphibie du type Amphi Ranger a été utilisé par la police de la Hesse jusqu’en 2001 au lac Edersee.Ce véhicule amphibie du type Amphi Ranger a été utilisé par la police de la Hesse jusqu’en 2001 au lac Edersee. Le « Hundinga » de Gibbs, qui dispose de six places maximum, est apprécié par les services de secours. Il mesure 7 mètres de long et peut être très rapide grâce à son moteur V8 de 370 CV. Sa vitesse est de 130 km/h à terre et de près de 50 km/h sur l’eau. Le « Hundinga » de Gibbs, qui dispose de six places maximum, est apprécié par les services de secours. Il mesure 7 mètres de long et peut être très rapide grâce à son moteur V8 de 370 CV. Sa vitesse est de 130 km/h à terre et de près de 50 km/h sur l’eau.

En règle générale, les corps de police comptent sur la solidité de leurs véhicules. Mais l'observateur n'en croit parfois pas ses yeux lorsqu'il aperçoit un véhicule d'intervention. Une collection de voitures de police insolites. La police conduit généralement ce qui enthousiasme également les pères de famille et les professionnels avares en émotions : des breaks, des monospaces, des SUV ou des...
Que se passe-t-il si une voiture électrique prend feu dans un tunnel ou un parking souterrain ? En décembre 2019, des chercheurs de l'Empa ont mis à l'épreuve des éléments de batteries de voitures électriques dans la galerie d'essai de Hagerbach en y mettant le feu. L'évaluation est désormais disponible. Fin 2019, la galerie d'essai de Hagerbach en Suisse orientale a eu particulièrement chaud :...
Elon Musk le sait et tout le monde le sait également : l'attrait de l'e-mobilité dépend de l'infrastructure de recharge publique. Mais elle est pratiquement inexistante le long de nos routes nationales. Cela devrait changer, d'ici 2030. Trois choses sont déterminantes pour le succès commercial et l'acceptation générale des véhicules électriques : une autonomie pratique réaliste la plus élevée...
Les polices cantonales de Zurich et de Saint-Gall testent actuellement le SUV de milieu de gamme Hyundai Nexo. Son moteur électrique est alimenté par une pile à combustible plutôt que par une batterie. Résultat : la voiture ne pollue pas l'air pendant la conduite, elle le purifie même ! Le Hyundai Nexo n'est ni le premier ni le seul véhicule à pile à combustible au monde, mais il est...
Cette page Web utilise des cookies & des outils d’analyse. Si vous restez sur cette page, vous êtes prié d’accepter notre politique de protection des données.