© Foster & FreemanBien que ce couteau ait été soigneusement nettoyé, les empreintes digitales sont nettement visibles après la vaporisation.Bien que ce couteau ait été soigneusement nettoyé, les empreintes digitales sont nettement visibles après la vaporisation.Foster & Freeman, l’entreprise britannique spécialisée dans les solutions en techniques de criminalistique, a développé « Recover LFT », un appareil permettant de détecter les empreintes digitales, même sur des surfaces métalliques fortement chauffées ou nettoyées.

Les empreintes digitales trahissent les coupables. Pourtant elles sont loin d’être décelables sur toutes les surfaces, en particulier sur les métaux qui ont au préalable été soumis à des températures extrêmes ou qui ont été soigneusement nettoyés. « Recover LFT » (Recover Latent Fingerprint Technology) de Foster & Freeman, présenté sur le salon GPEC 2020 (General Police Equipment Exhibition & Conference) à la mi-février à Francfort-sur-le-Main, met désormais fin à cela.

À l’aide du nouveau dispositif, composé d’une chambre de vaporisation et d’un système d’imagerie, les empreintes digitales peuvent être découvertes, développées et sécurisées, là où les méthodes actuelles sont inefficaces : d’une part sur les métaux fortement chauffés, tels que les douilles des cartouches tirées, sur les fragments de bombes ou sur les parties métalliques de véhicules incendiés. D’autre part, sur les surfaces métalliques ou d’alliages lavés ou sciemment nettoyées, comme un couteau que le coupable aurait nettoyé ou dont il se serait débarrassé dans une rivière ou un lac. De plus, explique le porte-parole de l’entreprise dans le cadre de la présentation de la nouvelle technologie sur le salon GPEC 2020, la méthode fonctionne aussi en présence d’objets métalliques ou en plastique, tels que les cartouches à grenaille.

Comment fonctionne « Recover LFT »

© Foster & FreemanPar la vaporisation de dinitrure de disoufre sur les pièces à conviction, il est possible de révéler des empreintes digitales sur des métaux soumis à de fortes températures, tels que des douilles de cartouches tirées.Par la vaporisation de dinitrure de disoufre sur les pièces à conviction, il est possible de révéler des empreintes digitales sur des métaux soumis à de fortes températures, tels que des douilles de cartouches tirées.L’objet à examiner est déposé dans une chambre à gaz, accompagné d’une quantité prédéfinie de produits chimiques et soumis, pendant une trentaine de minutes, à une vaporisation automatisée avec du dinitrure de disoufre. Ce faisant, des polymères de nitrure de soufre, appelés polythiazyles, sont formés partout où les doigts ont touché la surface et y ont déposé une « corrosion de signature ». Les traces d’empreintes ainsi développées, sont ensuite documentées par des photos au « DCS 5 », le poste de travail imagerie. Pour obtenir, sans distorsion, des images 2D d’empreintes digitales déposées sur des surfaces cylindriques, telles que des douilles de cartouches, il existe un appareil dans lequel l’objet à examiner est fixé par serrage et pivoté lentement. Les images en séries, prises en même temps, sont automatiquement fondues enchaînées et combinées pour obtenir une image bidimensionnelle.

Zehn Jahre Forschungsarbeit

Hinter der Technologie stecken zehn Jahre Arbeit und viel Kooperation. Zuerst hatten Forscher am Zentrum für angewandte Wissenschaften und Technologie CAST der Universität Loughborough die Möglichkeit, organische Rückstände mithilfe von Dischwefeldinitrid nachzuweisen, entdeckt. Danach wurde die Technologie mit Unterstützung des britischen Labors für Verteidigungswissenschaften und -technologien DSTL weiterentwickelt und letztlich wurde sie nun von Foster & Freeman in Form eines anwendungsfertigen Geräts zur Marktreife geführt.

Bien mieux que les méthodes actuelles

Dans un test indépendant, dont les résultats ont été publiés dans le magazine spécialisé de renom « Science & Justice »,
(vol. 59, 6, nov. 2019, § 606ff), ce procédé, ayant fait l’objet de plusieurs dépôts de brevets et certifié par le ministère de la Défense britannique, est décrit comme étant « bien plus fiable et simple que les méthodes précédentes », notamment la vaporisation de cyanoacrylate ou la métallisation sous vide. Cela est dû, en particulier, à la capacité de la nouvelle méthode à développer la présence de sueur ou d’huiles de la peau, c’est-à-dire l’empreinte digitale proprement dite, et d’être également en mesure de détecter les propriétés physiques du métal modifiées du fait de l’empreinte digitale, dont en particulier les traces de corrosion les plus minimes. Car, contrairement aux empreintes digitales – donc le sébum –, ce sont justement ces propriétés qui ne peuvent pas être enlevées, que ce soit en les chauffant, en les frottant, en les lessivant ou en nettoyant les surfaces à l’aide de produits de nettoyage ou d’agents de blanchiment.

© Foster & FreemanEntre-temps, la technique dédiée à l’équipement prêt à l’emploi a mûri, y compris les postes de travail imagerie nécessaires à l’examen et à l’archivage ainsi que les logiciels.Entre-temps, la technique dédiée à l’équipement prêt à l’emploi a mûri, y compris les postes de travail imagerie nécessaires à l’examen et à l’archivage ainsi que les logiciels.La Royal Canadian Mounted Police a, elle aussi, soumis ce nouveau système à un « Proof of concept ». Ainsi, la police scientifique canadienne a été en mesure de révéler des empreintes digitales identifiables (12 %) sur 17 des 147 cartouches (.223 Remington) tirées. Sur près de 19 % des douilles, il a été en outre possible de développer des empreintes de nature à être soumises à des comparaisons. Les résultats ont été publiés dans le « Journal of Forensic Identification » (Della Wilkinson et al., Iss. 1, janv. – mars 2020).

Les personnes intéressées peuvent obtenir des informations complémentaires sur le système auprès de la société responsable de la commercialisation en Suisse : Forensity AG, c/o Noser Engineering AG, Platz 4, 6039 Root D4,
tél. : 041 511 41 62, e-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

 

À leur apogée pendant la Seconde Guerre mondiale, les véhicules amphibies ont fini par disparaître furtivement, avant de refaire leur apparition il y a quelques années. Et cela, pas seulement chez les militaires. L’homme n’est jamais aussi créatif que durant les périodes de crise. Cette maxime s’applique tout autant au développement des véhicules amphibies, qui ont connu une période de gloire...
Une remorque multifonction d’un nouveau type permet aux sapeurs-pompiers de mettre en sûreté les véhicules électriques accidentés ou en feu. Une autre option est d’utiliser la remorque pour le transport de grosses charges ou comme citerne provisoire pour l’eau d’extinction des feux de végétation ou bien comme réservoir de rétention pour les eaux d’extinction contami­nées. Les accidents dans...
Les véhicules spécialisés, peu importe qu’ils soient utilisés par les services de secours, les sapeurs-pompiers, la police ou les mili­taires, doivent absolument disposer d’une alimentation électrique stable pour leurs appareils annexes. Les générateurs spécifiques pour véhicules, qui sont entraînés par le moteur de ces derniers, sont peu encombrants et plus légers. Les ambulances, les véhicules...
Basée à Hergiswil, la société Schramm & Partner GmbH, spécialiste IT et experte dans la branche des services d’urgence, vient de lancer deux solutions gratuites destinées à assurer une meilleure sécurité des données dans le cadre du travail mobile des forces d’intervention. Sevico : la visioconférence sécurisée « Sevico » (Secure Virtual Conferencing ; www.sevico.ch), une solution de...
Cette page Web utilise des cookies & des outils d’analyse. Si vous restez sur cette page, vous êtes prié d’accepter notre politique de protection des données.