L’IOF, l’Institut Fraunhofer pour l’optique appliquée et l’ingénierie de précision, et la spécialiste italienne en logiciels 3D, Gexcel, ont présenté à Francfort-sur-le-Main, à l’occasion du salon pour les équipements des services de police (GPEC), un scanner tridimensionnel portable dédié au relevé des empreintes.

© Fraunhofer-InstitutEin neuer 3D-Scanner, dessen Technologie vom Fraunhofer-Institut entwickUn nouveau scanner 3D, dont la technologie fut développée par l’Institut Fraunhofer, permet d’enregistrer facilement des empreintes par voie digitale au lieu de couler péniblement un moule.Ein neuer 3D-Scanner, dessen Technologie vom Fraunhofer-Institut entwickUn nouveau scanner 3D, dont la technologie fut développée par l’Institut Fraunhofer, permet d’enregistrer facilement des empreintes par voie digitale au lieu de couler péniblement un moule.

Le moulage laborieux de traces de pneus ou d’empreintes de pas, qu’il s’agit de sécuriser sur une scène de crime, est désormais versé à la catégorie « il était une fois ». En effet, il est maintenant possible de scanner tout simplement les indices. Cette méthode est rapide, exacte et évite de détruire les indices. Le scanner forensique 3D portable « kolibri cordless », associé au logiciel d’analyse des données en 3D­
« R3 Forensics » rend cela possible. Les deux outils furent développés à la demande de la police – notamment par les spécialistes de l’Institut Fraunhofer, IOF, en collaboration avec des concepteurs travaillant pour plusieurs partenaires industriels, lesquels ont bénéficié d’aides financières allouées par un des programmes de recherche et d’innovation de l’UE.

L’une de ces partenaires, la Gexcel SRL sise en Italie (www.gexcel.it), a non seulement mis le logiciel 3D complexe à disposition, elle s’occupe également, depuis quelques mois, de la commercialisation de ces appareils actuellement parfaitement au point. Cet équipement, qui pèse près de quatre kilogrammes et dont l’apparence est plutôt insignifiante, est pour le moins performant.

Presque quatre kilogrammes de haute technologie

Dans le boîtier robuste et résistant aux intempéries, se cachent deux appareils photos et un projecteur laser (classe 1).
Celui-ci projette un quadrillage sur l’empreinte à scanner, pendant que les appareils photos prennent parallèlement des images à partir d’angles différents. Si l’objet, qu’il y a lieu de mesurer, est photographié depuis au moins deux directions, chacune avec deux quadrillages tournés respectivement à 90 degrés, il est possible de produire des images 3D précises de l’empreinte en évaluant les « incurvations » et les « paliers » du motif projeté, lesquels sont générés par la structure en hauteur de l’objet à scanner. Le logiciel 3D nécessaire à cet effet, qui permet de produire à l’écran une image tridimensionnelle pivotant librement sur ses trois axes, fait autant partie d’un package de livraison qu’un logiciel d’exploitation des empreintes dédié au quotidien forensique. Les deux solutions sont utilisables de manière intuitive et autorisent non seulement l’analyse détaillée des données, mais aussi leur archivage.

© Screenshot gexcel.itCette empreinte de chaussure, photographiée sur le sable d’une plage corse à l’aide de la nouvelle technologie, montre à quel point la méthode 3D est performante.Cette empreinte de chaussure, photographiée sur le sable d’une plage corse à l’aide de la nouvelle technologie, montre à quel point la méthode 3D est performante.Du reste, le troisième appareil photo, fixé sur le haut du boîtier du scanner alimenté par piles, ne sert pas à faire des photos en 3D. Son rôle est plutôt d’aider l’opérateur à prendre les images les plus nettes possibles. Ces dernières, une fois sommairement analysées, peuvent être examinées immédiatement sur un petit écran.

Appareils photos Canon et valise rigide

L’appareil dispose d’un mécanisme d’auto-calibrage. Il est habituellement équipé d’un Canon EOS 200D ou d’un Canon 5D Mark IV. Sans appareil photo, les dimensions sont les suivantes : 35 x 24 x 26 cm. L’alimentation se fait par batteries (24V DC), quant au transport, tout l’équipement peut être déposé dans une mallette avec une protection IP67.

À leur apogée pendant la Seconde Guerre mondiale, les véhicules amphibies ont fini par disparaître furtivement, avant de refaire leur apparition il y a quelques années. Et cela, pas seulement chez les militaires. L’homme n’est jamais aussi créatif que durant les périodes de crise. Cette maxime s’applique tout autant au développement des véhicules amphibies, qui ont connu une période de gloire...
Une remorque multifonction d’un nouveau type permet aux sapeurs-pompiers de mettre en sûreté les véhicules électriques accidentés ou en feu. Une autre option est d’utiliser la remorque pour le transport de grosses charges ou comme citerne provisoire pour l’eau d’extinction des feux de végétation ou bien comme réservoir de rétention pour les eaux d’extinction contami­nées. Les accidents dans...
Les véhicules spécialisés, peu importe qu’ils soient utilisés par les services de secours, les sapeurs-pompiers, la police ou les mili­taires, doivent absolument disposer d’une alimentation électrique stable pour leurs appareils annexes. Les générateurs spécifiques pour véhicules, qui sont entraînés par le moteur de ces derniers, sont peu encombrants et plus légers. Les ambulances, les véhicules...
Basée à Hergiswil, la société Schramm & Partner GmbH, spécialiste IT et experte dans la branche des services d’urgence, vient de lancer deux solutions gratuites destinées à assurer une meilleure sécurité des données dans le cadre du travail mobile des forces d’intervention. Sevico : la visioconférence sécurisée « Sevico » (Secure Virtual Conferencing ; www.sevico.ch), une solution de...
Cette page Web utilise des cookies & des outils d’analyse. Si vous restez sur cette page, vous êtes prié d’accepter notre politique de protection des données.