© VBSEin Kampfpanzer 87 Leopard 2 in voller FahrtEin Kampfpanzer 87 Leopard 2 in voller FahrtLe Centre d'instruction des troupes mécanisées (CIM) de Thoune fait partie de la place d'armes de Thoune et constitue un des centres de formation militaire les plusmodernes d'Europe.

Le Centre d'instruction des troupes mécanisées (CIM) de Thoune fait partie des centres de formation militaire basés sur la simulation les plus modernes d'Europe. Il réunit l'ensemble des moyens d'instruction nécessaires lui permettant d'offrir une instruction complète aux troupes et aux états-majors. Le CIM dispose non seulement de salles d'instruction polyvalentes et d'entraînement aux armes, à la communication radio et à l'informatique, mais également de divers simulateurs de tir pour les équipages de chars des groupes d'armement Ruag et Rheinmetall Defence Electronics de Brême/Allemagne.

Le simulateur électronique tactique pour formations mécanisées (ELTAM) a été mis en service à Thoune dès 2003. En 2010, le simulateur de conduite pour chars (FASPA), les simulateurs électroniques d'instruction au tir pour chars de grenadiers 2000 (ELSA Spz 2000), chars 87 Léopard 2 WE (ELSA Leo 2 WE) et véhicules de commandant de tir (ELSA SKdt) sont venus s'y ajouter. Jusqu'en 2018, l'installation de mises à jour et d'extensions a par ailleurs permis d'améliorer constamment le réseau de simulateurs.

Le centre de simulation assure une formation efficace et à moindre frais. Il permet en outre un entraînement qui, par manque de place, ne pourrait être effectué sur le terrain. L'environnement et la population sont soumis à moins d'émissions de gaz d'échappement, de bruit de tir et d'entraves à la circulation.

Au-delà des entraînements effectués sur les simulateurs du Centre d'instruction des troupes mécanisées (CIM), les connaissances acquises sont appliquées, contrôlées et affinées lors d'exercices de combat et de tir à Bure (JU), Wichlenalp (GL) et Hinterrhein (GR).

Simulateur de conduite pour chars (FASPA)

Le simulateur de conduite pour chars (FASPA) sert à l'instruction du soldat, en l'occurrence au pilote de chars de combat 87 Leopard 2 WE et de chars de grenadiers 2000. Dans une cabine reproduisant fidèlement celle de chaque type de char, les futurs pilotes peuvent expérimenter tous les mouvements et toutes les forces induites des véhicules reproduisant les sensations originales. La vue extérieure générée par ordinateur ainsi que le trafic, les conditions météorologiques et les moments de la journée programmés sont projetés à l'intérieur du dôme à travers des écrans. Le terrain d'exercice, en partie similaire à la réalité suisse, comprend environ 900 km2. Les pilotes accomplissent environ la moitié de leur instruction ainsi qu'une partie des épreuves de conduite sur le simulateur.

Simulateur électronique d'instruction au tir (ELSA)

Du soldat jusqu'à la section, l'instruction est effectuée sur des simulateurs électroniques d'instruction au tir pour chars 87 Léopard 2 WE (ELSA Leo II WE), chars de grenadiers 2000 (ELSA Spz 2000) et véhicules de commandant de tir (ELSA SKdt). La reproduction réaliste des cabines (compartiments de combat) avec une projection sur 360° générée par ordinateur et une simulation sonore en temps réel permet, sur un terrain virtuel de plus de 1600 km2, d'entraîner des exercices à l'échelon de la section chars ou chars de grenadiers, ainsi qu'en formation mixte jusqu'au niveau de la compagnie.

Les commandants de tir ainsi que les topographes-observateurs sont formés sur le simulateur ELSA SKdt. L'utilisation du système intégré de conduite et de direction des feux de l'artillerie (SICODIFA ou INTAFF) correspond à la réalité et permet de s'entraîner à toutes les étapes de l'appui par le feu.

Le directeur d'exercice peut, pour tous les simulateurs ELSA, configurer à sa guise les scénarios et procédures, les surveiller en tout temps et influencer le déroulement de l'exercice. Les différents simulateurs partagent un référentiel de données de terrain unique ainsi qu'un catalogue d'objets spécifiques militaires et civils (entre autres 450 localités). En mode automatisé, la troupe en exercice peut appliquer de façon autonome les plans d'instruction prédéfinis. Les résultats sont enregistrés et évalués individuellement dans le cadre de «Revues Après Action».

Simulateur électronique tactique (ELTAM)

Avec le simulateur électronique tactique pour formations mécanisées (ELTAM), l'armée dispose d'un moyen d'instruction moderne pour former les commandants de bataillons et leurs états-majors. Le simulateur, techniquement analogue au simulateur ELSA, permet d'entraîner tous les processus de conduite, y compris l'appui par le feu. Les commandants de bataillon et de compagnie mènent les exercices à partir de leurs véhicules de commandement de tir. A travers des écrans avec vue sur le terrain, les chefs de section « co-pratiquants » ont accès à la carte de la situation et peuvent directement transmettre les ordres du commandant à leur section de véhicules de combat et de troupes débarquées dont les opérations et mouvements apparaissent ensuite dans le terrain virtuel.

Les propres troupes et celles de l'adversaire peuvent être librement programmées, un « chef rouge » dirigeant les opérations adverses conformément aux instructions du directeur d'exercice. Le déroulement de chaque exercice résulte du comportement individuel de la troupe en exercice. Le simulateur ELTAM permet ainsi d'entraîner l'interaction réaliste entre les différents éléments de combat, de soutien, d'exploration et d'appui par le feu, compte tenu de l'ensemble des réseaux de radiocommunication et du système intégré de conduite et de direction des feux de l'artillerie.

Les «Revues Après Action» constituent en fait l'attrait principal de la formation, dans le cadre du simulateur ELTAM comme au niveau des simulateurs ELSA, puisque grâce à ces analyses et sur la base des enregistrements effectués et de l'auto-évaluation des participants il est possible de mettre en évidence et de discuter tant les points forts que les points faibles du processus de suivi de la situation à travers trois niveaux hiérarchiques.
A côté des bataillons blindés, des bataillons d'infanterie, de troupes mécanisées, d'exploration et de sapeurs de chars, le Centre d'instruction des troupes mécanisées (CIM) de Thoune compte parmi les utilisateurs réguliers de ses équipements de simulation l'unité d'artillerie, de multiples écoles de recrues, différents cursus de formation ainsi que le Centre de compétences pour les engagements de promotion de la paix de l'armée suisse à l'étranger SWISSINT, et accueille également régulièrement des armées étrangères à des fins de formation et de perfectionnement.

 

La place d'armes de Thoune / CIM

  • gère le Centre d'instruction des troupes mécanisées (CIM)
  • supervise toutes les activités militaires sur la place d'armes
  • est responsable de la sécurité sur les installations d'instruction et les places de tir de la place d'armes
  • assure l'ensemble des prestations de services nécessaires à l'exploitation de l'infrastructure d'instruction, coordonne l'affection de l'infrastructure d'instruction, régit l'utilisation militaire ainsi que la garde et la surveillance de la place d'armes - en coopération avec le Centre logistique de l'armée de Thoune (CLA-T)
  • assure les prestations de services dans le domaine des affaires sanitaires, du service psychologique et pédagogique, de la poste de campagne et de la sécurité militaire à travers des centres de compétences
  • sert de relai vers les autorités politiques pour toutes les questions relatives à la place d'armes
  • applique la législation environnementale dans le domaine militaire
  • exploite sa propre centrale de transport
  • exploite la cuisine militaire/le centre de subsistance de la place d'armes

 

 

Traverser la frontière en descendant les escaliers Dans le hameau de La Cure, dans le canton de Vaud, se trouve un hôtel unique au monde à 1 150 mètres au-dessus de la mer. À l’hôtel Arbez Franco-Suisse, la frontière passe au milieu du restaurant, de la cuisine, du couloir et des chambres. Et elle traverse même le lit de la suite nuptiale. D’après l’association « hotelleriesuisse », il existe...
Fondée il y a 50 ans en tant qu’entreprise familiale, la société Swissphone Wireless AG « franchit depuis longtemps les frontières » et est désormais active au niveau mondial. Nous nous sommes entretenus avec Peter Gähwiler, responsable de la division opérationnelle suisse, à propos des technologies, de Swissness et des idées d’avenir. M. Gähwiler : Swissphone a été fondée en 1969 par Erika et...
Le lieutenant-colonel Reto Amrein est depuis deux ans commandant de bataillon de la OPC EMME, la plus grande organisation de protection civile du canton de Lucerne. Responsable de 30 communes affiliées, avec 140 000 habitants, elle veille à ce que les services d’urgence locaux n’atteignent, dans la mesure du possible, jamais leurs limites. Penser en anticipant, être prévoyant, examiner...
Les collaborateurs de l’Administration fédérale des douanes (AFD) travaillent non seulement aux frontières, mais sont parfois également actifs au-delà de celles-ci : par exemple pour les opérations de FRONTEX, dans le domaine de la sécurité aérienne, en tant qu’attachés à l’étranger ainsi que dans des groupes de services opérationnels mixtes. Sur le plan international, l’Administration fédérale...
Cette page Web utilise des cookies & des outils d’analyse. Si vous restez sur cette page, vous êtes prié d’accepter notre politique de protection des données.