Des outils numériques qui optimisent la planification des bâtiments et rendent l’immobilier « intelligent » devraient améliorer l’efficacité du travail des pom­piers. Les termes clés : « Building Information Modeling » et « systèmes de capteurs dans le bâtiment IoT ».

Des processus numériques facilitent et accélèrent de nombreux travaux jusqu’à présent laborieux, et ce, également chez les pompiers. Un logiciel intelligent facilite la planification des interventions, des drones assurent la vue d'ensemble, des systèmes mobiles de gestion des interventions tels que « Emerec » de Rosenbauer assistent le travail sur place et fournissent des plans d’évacuation, des données sur les substances dangereuses ou des cartes de sauvetage de véhicules motorisés. La numérisation est utile même pour les tâches parfaitement banales telles que la gestion des vestiaires ou l’organisation de tous les contrôles obligatoires des équipements. Elle déleste des tâches répétitives, réduit le taux d’erreur et les montagnes de papiers, et accroit la systématique.

Deux technologies encore jeunes promettent d’autres allégements pour l’avenir : « l’Internet des objets » (IoT) et le «Building Information Modeling» (BIM).

L’IoT enseigne le « langage » aux bâtiments

Aujourd’hui déjà, des solutions IoT aident de nombreux pompiers, par exemple, avec la surveillance de la sécurité d’exploitation des véhicules et des appareils par des capteurs et en donnant l’alarme en cas de dépassement des niveaux de remplissages, en présence de flexibles friables, ou encore lorsque les pneus sont dégonflés et les batteries vides. Installés dans les bâtiments, les outils IoT jouent fondamentalement le même rôle: la surveillance des valeurs centrales telles que la qualité de l’air, la température et l’humidité, la détection de substances gazeuses toxiques et dangereuses, de feu ou d’infiltrations d’eau. En outre, les capteurs « savent » toujours où et combien de personnes séjournent dans le bâtiment grâce à la détection des mouvements. Ils connaissent également l'état actuel des systèmes de sécurité tels que les portes (coupe-feu) et les fenêtres, les systèmes de ventilation ou de désenfumage, les extincteurs automatiques ainsi que les raccordements d'eau et les extincteurs d'incendie. Avec ces informations, les forces d’intervention obtiennent rapidement une vue d’ensemble sur le terrain pour planifier et agir efficacement.

Le BIM contribue à une planification plus sûre des bâtiments

Le Building Information Modeling (BIM), c’est-à-dire la planification et l’exploitation entièrement numérisée des bâtiments, dépasse de loin le simple modèle en 3D en termes de qualité et de densité des informations. Les dispositifs d’alarme incendie, de ventilation ou de désenfumage ne sont plus évalués uniquement en théorie mais sont contrôlables sur la base de scénarios virtuels. Ce faisant, le modèle BIM documente la moindre information. Ces détails incluent par exemple, en plus des dimensions de chaque porte, la résistance au feu, le sens d’ouverture (issue de secours) et l’interconnexion de la commande de la porte avec la technique du bâtiment, comme le détecteur de fumée. Dans la mesure où tous les planificateurs travaillent sur le même modèle BIM, les modifications sont visibles immédiatement pour tous. Si l’expert en protection incendie modifie les compartiments coupe-feu, le planificateur sera informé de la nécessité de cloisonnements supplémentaires et de l’endroit où ceux-ci devront être installés.

A long terme, le BIM et l’IoT devraient permettre de détecter et d’éliminer les défauts « typiques » des bâtiments. Combinés aux statistiques sur les incendies, aux données météorologiques, aux données sur les objets et aux données de localisation, ils devraient également permettre des analyses de risque plus précises et des prévisions de la probabilité de dommages causés par des tempêtes, des inondations ou la foudre. Cela aiderait à optimiser la planification des interventions, des besoins et des sites et contribuerait à une préparation optimale des pompiers pour agir à l’avenir.

 

A la mi-juin, les traditionnelles journées des autorités de B&T, qui ont lieu tous les deux ans, ont attiré plusieurs centaines de visiteurs en provenance des autorités et organisations chargées du sauvetage et de la sécurité (AOSS), mais également de l’armée ainsi que des experts en matière de sécurité de la Suisse et de l’étranger. Tous les deux ans, le fabricant d’armes de Thoune convie aux «...
Reconnaître le problème, c’est le prévenir Les terminaux Polycom TPH900 ont dû faire face à des pannes imprévisibles provoquées par des problèmes de batterie. Son constructeur, Airbus, promet une solution d’ici le printemps 2020. Jusque-là et sur ordre de l’Office fédéral de la protection de la population (OFPP), les portatifs seront équipés de batteries de la société Suisse AkkuPoint AG,...
La fondation Aide Suisse aux Montagnards (ASM) soutient la création et l’extension de groupes First Responder dans les régions de montagne. Dans le cadre d’un partenariat conclu avec l’Interassociation de sauvetage (IAS) et l’Alliance suisse des samaritains (ASS), elle prend en charge 50% des coûts lors de l’achat d’équipements de secours par les groupes First Responder actifs dans les régions...
Les embouteillages peuvent être mortels lorsqu’ils empêchent les sauveteurs d’atteindre le lieu de l’accident. L’obligation de créer une voie d’urgence pourrait de ce fait bientôt être introduite dans la législation suisse. Pascal Rey, un secouriste bâlois de 22 ans, y a grandement contribué. Pascal Rey est apprenti aide-soignant, secouriste au sein d’une équipe de transport de sauvetage et...
Cette page Web utilise des cookies & des outils d’analyse. Si vous restez sur cette page, vous êtes prié d’accepter notre politique de protection des données.
Informations complémentaires Ok