© pixabayAvec Momentum, on peut non seulement alerter les premiers répondants, mais aussi des sauveteurs spécialisés comme le secours en eaux vives.Avec Momentum, on peut non seulement alerter les premiers répondants, mais aussi des sauveteurs spécialisés comme le secours en eaux vives.Avec Momentum, la société sureVIVE SA, installée à Mendrisio au Tessin, a développé un système d’alarme et de visualisation de la situation qui agit comme une boisson énergisante. Elle donne en effet des ailes aux sauveteurs en réduisant les temps d’intervention, permettant ainsi de sauver plus de vies.

D’aucuns maudissent la numérisation. Pourtant, dans le monde des secours, les instruments numériques sont une bénédiction. Le ­meilleur exemple est le système d’alarme « Momentum », déjà ­exploité par 19 cantons ainsi que par le Secours Alpin Suisse. Ce produit, qui a été initialement développé par le groupe DOS établi à Mendrisio (voir encadré), a pour objectif de créer une plate-forme permettant aux opérateurs des centrales de commande de la police, des services sanitaires, des pompiers et du sauvetage aérien, de mobiliser et de dépêcher à travers tout le pays, le plus rapidement possible et de manière ciblée, aussi bien des premiers secours ­volontaires (par ex. Community First Responder – CFR) que des forces spécialisées telles que les sauveteurs en montagne et en eaux vives sur le lieu du sinistre. Le système permet par ailleurs aux sauveteurs appelés d’avoir rapidement et facilement une vue détaillée de la ­situation.

Pour ce faire, sureVIVE mise sur deux composants : la plate-forme internet Momentum, qui sert autant de système d’alerte que de visualisation de la situation et qui, combinée avec des applications ­mobiles dédiées aux forces d’intervention non professionnelles et spécialisées qui sont mobilisées par ce canal, permet à ces derniers de communi­quer avec la centrale et d’accéder à toutes les informations significatives d’une urgence avec un tableau local de la situation.

Rien ne vaut la rapidité

Bien qu’il existe en Suisse d’innombrables organisations professionnelles de secours, disposant d’un personnel parfaitement formé et d’un équipement technique de pointe, il s’agit pour leurs collaborateurs d’arriver avant tout sur les lieux de l’urgence – ce qui prend son temps. Et c’est justement ce temps qui est plus que limité dans bon nombre de situations d’urgences, notamment dans le cas d’un arrêt cardiaque soudain (ACS). Trop souvent, le délai est trop court – ce qui explique qu’en Suisse, chaque année, seuls 5 pour cent des quelque 8 000 personnes victimes d’un arrêt cardiaque soudain survivent.

Si les secours pouvaient arriver plus tôt, par exemple par le biais d’un premier répondant (CFR) équipé d’un défibrillateur, les chances de survie en seraient nettement augmentées. Car, pour la victime d’un arrêt cardiaque, ses chances de survie diminuent de 10 pour cent avec chaque minute qui s’écoule avant qu’elle ne reçoive les premiers secours. Il est donc essentiel que les sauveteurs soient mobilisés le plus rapidement, le plus facilement et le plus directement possible – à l’aide de Momentum. Voilà ce qu’en dit Stefano Doninelli, le créateur et développeur de Momentum : « Dans certains cantons suisses dans lesquels le logiciel « Momentum » est exploité, le taux de survie des victimes a pratiquement ­augmenté de 50 pour cent. »

© zVgDepuis novembre 2022, Georg Hauzenberger est CEO de sureVIVE AG qui poursuit le développement de Momentum.Depuis novembre 2022, Georg Hauzenberger est CEO de sureVIVE AG qui poursuit le développement de Momentum.Le fonctionnement de Momentum

Au cœur de cette solution intégrale se trouve un système d’alarme et de visualisation de la situation dédié aux interventions terrestres et aériennes. Il est utilisé par différentes organisations d’intervention d’urgence, par le Secours Alpin Suisse ainsi que par d’autres organisations de sauvetage. Dès qu’un appel d’urgence est enregistré, l’alerte des premiers répondants et d’autres sauveteurs est déclenchée via des interfaces avec les systèmes de gestion des interventions ou la plateforme internet Momentum – au moyen de différents canaux comme les SMS, les messages push, les appels vocaux, les e-mails ou les pagers. Un algorithme d’alerte breveté et configurable à volonté sélectionne automatiquement, ou au moyen de paramètres définis, les ­premiers répondants ou les secouristes les plus qualifiés pour l’urgence venant d’être signalée – et les alerte via l’application Momentum installée sur leur smartphone.

Les différents critères de sélection pour l’alarme sont ­notamment les alertes géoréférencées (lieu actuel ; si ­possible, le plus proche du lieu d’intervention), l’alerte basée sur les communes d’habitation (souvent souhaitée pour des questions de protection des données), l’alerte selon des calendriers horaires (par exemple travail/loisirs) ou l’appartenance institutionnelle des sauveteurs (CFR, Rapid Responder, Spéléo-Secours ou autres).

Afin d’assurer un fonctionnement optimal, un profil ­individuel comprenant des informations sur leur faculté d’intervention est sauvegardé pour les sauveteurs non professionnels et spécialisés inscrits. Un premier répondant peut ainsi recevoir une alerte à l’endroit où il se trouve effectivement ­(géoréférencement) ou de manière fixe à son domicile ou à son lieu de travail, ce qui sera bientôt associé à une disponibilité horaire. De cette manière, il est garanti que l’algorithme donne l’alerte avec une grande précision aux équipes de secours qui sont opérationnelles et qui seront en mesure d’atteindre le lieu de l’événement le plus rapidement possible.

Quant aux sauveteurs, ils voient immédiatement et très précisément le lieu d’intervention dans l’application Momentum. Ils sont également informés en détail de la situation, par exemple où se trouve le défibrillateur (DAE) le plus proche et à quel endroit d’autres forces d’intervention sont actives à proximité. Les sauveteurs présents sur le lieu de la ­mission peuvent, en option, envoyer des images de leur environnement à la centrale par flux vidéo à l’aide de « Momentum Eye ».

« Grâce à la grande quantité d’informations fournies et à leur agencement clair, Momentum contribue à raccourcir le délai d’intervention pour sauver des vies humaines. Il permet en plus de mobiliser différents groupes de sauveteurs non professionnels ou spécialisés. En fonction des besoins,
cela peut aussi se faire dans le cadre de la même intervention – sachant que tous utilisent une vue partagée de la ­situation », explique Georg Hauzenberger, CEO de sureVIVE SA depuis novembre 2022.

Ce dernier s’applique actuellement à combler les zones blanches sur la carte des applications (voir encadré) et à convaincre les cantons qui n’ont pas encore adhéré à ­Momentum que ce système n’a que des avantages et qu’il a déjà largement fait ses preuves. Il vise d’autre part l’optimisation technique et la diversification fonctionnelle. Car Georg Hauzenberger sait que Momentum est capable de faire bien plus que du First Responding.

© pixabayEn cas d’urgence, par ex. en cas d’arrêt cardiaque, il est essentiel d’agir vite pour sauver une vie. Momentum est là pour permettre aux sauveteurs d’arriver aussi vite que possible.En cas d’urgence, par ex. en cas d’arrêt cardiaque, il est essentiel d’agir vite pour sauver une vie. Momentum est là pour permettre aux sauveteurs d’arriver aussi vite que possible.Plus que du First Responding

Il est vrai que le système a initialement été conçu pour ­accélérer l’intervention des premiers répondants. Entre-temps, il est de plus en plus souvent utilisé et développé pour l’alerte des forces d’intervention professionnelles. Ainsi, les services de secours et les corps de police utilisent déjà le système afin de mobiliser précisément les équipes (par exemple les directions des opérations sanitaires ou les patrouilles de police) les plus rapides sur le lieu d’intervention et de leur fournir un déroulé de la situation in situ. Les ­sanitaires d’entreprise, quant à eux, peuvent dépêcher très rapidement leurs forces via Momentum en cas d’accident survenu dans leur domaine de responsabilité. Et puis ­Momentum, lorsqu’il est combiné à la télémédecine, permet désormais de mieux cibler les alertes d’urgence pour les médecins de garde respectifs, lesquels peuvent établir une connexion vidéo, audio ou par chat avec « Momentum Eye », et donc établir un diagnostic à distance de bonne qualité avant de prendre les mesures adéquates.

« De manière générale, l’algo­rithme créé par Momentum sert pour tout scénario d’alarme, dans la mesure où il peut être adapté individuellement à la nature du besoin ainsi qu’aux personnes ­requises pour y faire face », ­déclare Georg Hauzenberger. « En associant les bons para­mètres, le système s’adapte le mieux ­possible aux conditions et aux ­besoins définis. On peut par ­exemple configurer et enregistrer des statistiques de disponibilité par groupe, lesquels seront ensuite utilisées dans toutes les interfaces utilisateur et dans tous les flux de travail du système. Il peut ainsi servir autant aux forces d’intervention d’urgence qu’aux services de premiers ­secours. »

Sans oublier que l’application aide à réduire la charge de travail et les coûts. Le personnel de garde ne doit être ni surveillé manuellement ni coordonné par téléphone. ­Momentum sélectionne tout simplement les personnes qui conviennent le mieux parmi celles disponibles, cela en un rien de temps, sans hésitation et de manière automatique. Et comme il s’agit d’un service dans le cloud, cela évite les mises à jour ou les mesures de maintenance coûteuses.

Et pour finir, Momentum est directement utilisable in situ via une application mobile, laquelle peut aussi être installée sur une tablette faisant alors office de centrale de ­commande. Cela permet de coordonner les groupes d’intervention ­indépendamment du lieu et il est possible de vérifier à tout moment et en direct la position de chaque personne. ­Concrètement, cela veut dire que chaque intervenant dans une zone précise peut être surveillé et informé dans la même mesure que des équipes entières. On pense par exemple à une brigade de maîtres-chiens à la recherche de personnes disparues ou à une équipe d’ambulanciers durant une ­intervention.

Solution complémentaire « DriveOnStreet »

Comme complément à Momentum, sureVIVE propose ­DriveOnStreet. Ce système innovant permet la géolocalisation des véhicules d’intervention, la coordination de leurs interventions et la communication directe entre le centre d’intervention et les différentes unités mobiles – incluant la description du trajet vers le lieu exact d’une mission. Le système repose sur du matériel classique, souple d’utilisation, et fournit à la centrale des données de toutes natures qui peuvent être très utiles. « Avec DriveOnStreet, les services de secours ont une idée précise des effectifs disponibles, des véhicules d’intervention et des informations clés sur les interventions. Les services ambulanciers et les hôpitaux disposent ainsi d’un outil pertinent, susceptible de leur fournir en avance le nombre d’ambulances en approche ainsi que l’état de santé des patients qu’elles transportent. Cela leur laisse l’opportunité d’organiser au mieux les locaux et le personnel en vue de prendre en charge, dans les meilleures conditions, les patients qui arrivent », explique Georg Hauzenberger.

Conclusion

En somme, Momentum et DriveOnStreet permettent de déployer des ressources et des forces d’intervention de ­manière individuelle, rapide et coordonnée, et ce, indépendamment des missions respectives (police, pompiers, ­services sanitaires, gardes-frontières, etc.), en se basant sur une vue homogène de la situation créée par le système. C’est donc un parachèvement efficace pour tous les canaux d’alarme, économisant du temps, des ressources et des coûts et générant un flux optimal en cas d’intervention.

Cette page Web utilise des cookies & des outils d’analyse. Si vous restez sur cette page, vous êtes prié d’accepter notre politique de protection des données.